Langue

  • العربية
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • Русский
  • Español

Et au détour d'un voyage au Pérou... il y eut Cuzco !

mer, 18/10/2017 - 10:48 -- debout
Après un séjour à Lima pour le compte de Vogue, Penn décide de partir seul vers la splendide cité précolombienne de Cuzco…

Le 27 novembre 1948, Penn s’envole pour le Pérou en compagnie de la nouvelle mannequin Jean Patchett et de l’une de ses collaboratrices chez Vogue, Babs Simpson. Ils emmènent avec eux une trentaine de kilos de vêtements pour une commande d’Alexander Liberman, directeur artistique du magazine, d’un reportage de mode inspiré d’un journal de voyage.

L’article Flying Down to Lima paraîtra dans le numéro du 15 février 1949 et sera un grand succès, tant pour le magazine que pour la carrière de Penn. 

Au moment de rentrer à New York, Penn laisse partir son équipe et prend seul la direction des Andes, vers la splendide cité précolombienne de Cuzco. Il se lance alors dans sa première aventure photographique depuis la guerre. 

 
Penn se souvient : « J’ai décidé de passer Noël à Cuzco, ville dont j’avais entendu parler et dont j’avais idée. Dès que j’ai vu ses habitants, j’ai eu envie de les photographier, mais j’ai eu des problèmes avec l’altitude. » À 3 400 mètres, Cuzco est l’une des plus grandes villes d’altitude au monde, et elle met à rude épreuve les visiteurs qui n’ont pas l’habitude de la montagne. Comme beaucoup d’autres, Penn reste cloué au lit dans sa chambre d’hôtel pendant trois jours. « Le quatrième jour, je me suis levé avec une énergie que je n’avais jamais ressentie jusqu’ici. Je me suis précipité dans le centre-ville, aussi enivré par les gens qu’au moment où j’étais sorti de l’avion. J’avais envie de prendre des photos et, par un hasard incroyable, j’ai trouvé en plein centre un studio en lumière naturelle ! » Ainsi se lance-t-il dans l’une de ses périodes d’activité les plus intenses et les plus productives de son début de carrière, où il exécute en trois jours presque deux mille portraits d’habitants de la ville et des villages voisins. Dans ces photographies, il se révèle à la fois couturier par son instinct du tombé, de la matière et des motifs d’un vêtement, et metteur en scène par son art de la pose des modèles. 

La suite de Cuzco fixe les principes plastiques et psychologiques que l’on retrouve dans ses portraits exécutés dans des régions lointaines du globe au cours des vingt-cinq années suivantes.  Cette aventure péruvienne en dehors des sentiers battus pour Vogue participe également à la genèse de ses Petits métiers et pose les jalons esthétiques des portraits dits ethnographiques qu’il réalisera plus tard, entre 1967 et 1971. À suivre … !

Irving Penn, Grand Palais
jusqu'au 29 janvier 2018

RESERVEZ VOTRE BILLET ICI

 

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?