Langue

  • ???????
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • ???????
  • Español

Mexique: le point de vue de Juliette, 13 ans

jeu, 22/12/2016 - 12:33 -- lombardi peissel
Je m’appelle Juliette, je suis en classe de troisième et j’ai visité l’exposition "MEXIQUE 1900-1950" au Grand Palais.

J’ai choisi de visiter cette exposition avec ma mère et ma sœur, pour y découvrir une époque et un pays que je ne connaissais pas particulièrement.

 

J’ai été agréablement surprise. Les formes et les couleurs m’ont vraiment plu. Le travail de Diego Rivera et surtout sa fresque La Rivière Juchitán, m’ont beaucoup attirée. C’est d’ailleurs l’affiche de l’exposition.

J’ai aussi apprécié les œuvres de Frida Kahlo. La manière qu’elle a pour se représenter est très forte et très expressive. C’est une des figures les plus importantes de l’art mexicain, elle aime beaucoup se représenter sous des traits masculins.  Pour cela, elle met toujours en avant ses sourcils épais et sa moustache ! C’est comme une signature qu’elle met sur tous ses tableaux. Elle a été victime d’un accident de bus quand elle a eu 18 ans. Sa colonne vertébrale a été brisée et elle a dû porter un corset très longtemps et être alitée de longs mois. C’est alors qu’elle a  commencé à peindre. Et nombreux de ses autoportraits  font référence à cette souffrance.

Cette exposition présente de nombreuses artistes femmes et une image des femmes fortes. En fait, on apprend que les femmes se sont engagées dans la révolution mexicaine et se sont battues aux côtés des hommes, et ont participé à l’économie.  Elles ont donc pris la parole et c’est pourquoi il y a dans cette exposition Frida Kahlo mais aussi d’autres peintres comme Rosa Rolanda (ci-dessous, son autoportrait).

Une œuvre très colorée m’a beaucoup plus aussi, c’est La marchande de fruits d’Olga Costa (ci-dessous). Elle met en scène une femme et une multitude de fruits. Cela nous donne envie de rentrer dans le tableau et de partir vers le Mexique pour profiter de ses senteurs exotiques, de ses couleurs chaudes et de ses fruits sucrés.

Avec les œuvres de Gabriel Fernández Ledesma, on découvre un point de vu amusant de Paris pendant le début du XXe siècle.

L’exposition se termine sur une salle consacrée au mouvement surréaliste, on y voit des œuvres très inattendues comme un ensemble d’os formant un pistolet de Wolfgang Paalen.

 

Je vous recommande d’aller voir cette exposition, pour y découvrir un univers extraordinaire et merveilleux, avec de nombreuses sensations et émotions différentes.

Auteur
JULIETTE, élève de troisième.

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?