Langue

  • ???????
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • ???????
  • Español

Les autres visages de l'école mexicaine de peinture

mer, 04/01/2017 - 10:10 -- celine
L’école mexicaine de peinture représentée par « les Trois Grands » acquit une telle réputation qu’elle éclipsa d’autres courants esthétiques.
 
L’un des mouvements les plus avant-gardistes de l’époque fut le stridentisme, fondé en 1921 par le poète et diplomate Manuel Maples Arce. Influencé par le futurisme italien, le dadaïsme et l’ultraïsme, le stridentisme prônait un renouvellement des formes esthétiques et affirmait la supériorité de la ville, de la technologie et de l’industrie. Son nom fait référence à la stridence que son fondateur prétendait provoquer, mais aussi au bruit citadin et à la volonté de se faire entendre.

Des artistes d’envergure tels que Ramón Alva de la Canal, Germán Cueto et Fermín Revueltas firent partie de ce mouvement qui s’étendit aussi bien à la peinture et à la gravure qu’à la photographie, à la littérature et à la musique. Le stridentisme décline en 1927, dans un climat de radicalisation politique qui polarise les arts plastiques et envenime la controverse entre «engagés» militants et «puristes» en désaccord avec l’esthétique nationaliste. 


Outre le stridentisme, il y a eu au Mexique d’autres mouvements alternatifs opposant le renouveau des arts à ce qui était enseigné à l’Académie. Tout d’abord le groupe ¡30-30!, constitué en 1928 et ainsi nommé en référence à un type de munitions utilisé pendant la Révolution, dont les chefs de file sont les ex-stridentistes Alva de la Canal, Revueltas et Fernando Leal. Ses membres ont notamment essayé de démocratiser l’art avec l’ouverture d’ateliers gratuits et l’enseignement de techniques accessibles au grand public, comme la gravure sur bois et l’illustration. Les facilités de reproduction que permettait cette technique initiée par Jean Charlot encourageaient son utilisation, et ces groupes la mirent à profit pour promouvoir leurs idéologies révolutionnaires.

Il y eut également le mouvement littéraire des Contemporáneos, auquel participaient, entre autres, Salvador Novo, Xavier Villaurrutia, José Gorostiza et Carlos Pellicer.

 

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?