Edouard VI anamorphosé - Fun Fact Tudors n°4

Pour vous faire découvrir l'exposition Les Tudors jusqu'au 19 juillet au Musée du Luxembourg, découvrez les "Fun facts Tudors". Les petites histoires dans l'Histoire de cette célèbre dynastie.
1 avril 2015
|


Fun fact Tudors n°4 : Edouard VI anamorphosé


Le saviez-vous ? Ceci est une anamorphose !

L’un des portraits les plus étonnants d’Édouard VI date de 1546. L’image du prince y est déformée par le procédé d’anamorphose : son profil flottant devant un paysage finit par prendre forme dans l’oeil du spectateur, lorsque celui-ci l’observe depuis un certain point de vue, sur le côté droit.
Le cadre d’origine (faisant bloc avec le support) a été conservé sans doute parce qu’une entaille indiquait clairement oùil fallait placer l’oeil pour percevoir l’image sans déformation.

La radiographie a permis de retrouver la signature de l’artiste sur l’encadrement : Guilhelmus pingebat (« Guillim l’a peint »). À cette date, l’artiste le plus en vue à la cour anglaise qui portait ce prénom était Guillim Scrots ; par ailleurs, l’anamorphose était très populaire à la cour des Habsbourg où il avait travaillé auparavant. Le portrait et le paysage, de factures différentes, ne sont probablement pas de la même main. Dans le paysage la peinture est diluée pour être plus fluide et appliquée en petites couches fines. Il se pourrait bien que le paysage en arrière-plan soit l’oeuvre d’un spécialiste du genre venant des Pays-Bas. Édouard aura été séduit par l’ingéniosité de l’anamorphose, il est même possible que l’artiste lui ait fait cadeau du tableau.

Portrait anamorphique d’Édouard VI, attribué à Guillim Scrots, 1546, Londres, National Portrait Gallery



 

Une anamorphose, qu'est-ce que c'est ?! #Tudors #vernissage

Une vidéo publiée par Le Grand Palais-rmn (@grandpalais_rmn) le




Les Tudors : du 18 mars au 19 juillet 2015 au Musée du Luxembourg
Réservez votre billet
#Tudors



A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine