L'idéal de vie de Pissarro

Marqué par les combats qu’il a dû mener en tant qu’artiste, Pissarro est un fervent partisan de la cause anarchiste tout au long de sa carrière, et le prouve par son mode de vie. Découvrez cet artiste au Musée du Luxembourg jusqu'au 9 juin 2017.
26 avril 2017
|

© Ashmolean Museum, University of Oxford
Il se lie d’amitié avec de nombreuses personnalités telles qu’Élisée Reclus et Octave Mirbeau, grâce à qui il découvre la littérature anarchiste. En 1889, Pissarro entreprend un projet audacieux : la réalisation d’un album de vingt-huit illustrations anarchistes réalisées à la plume, intitulé Turpitudes sociales, qu’il fait circuler au sein de sa famille.
Le 29 décembre de cette même année, l’artiste envoie l’album à ses nièces Esther et Alice Isaacson résidant à Londres, accompagné d’une longue lettre dans laquelle il souhaite sensibiliser leurs jeunes esprits à la misère et à l’oppression urbaine. Peu de temps après, Lucien et Georges, les fils de l’artiste, influencés par les images de l’album, commencent à proposer leurs propres illustrations à des journaux anarchistes.D'année en année, Pissarro s’attache un peu plus encore à dépeindre les difficultés de la vie rurale.

L’humble et colossal Pissarro se dévoile à travers le documentaire de Christophe Fonseca Camille Pissarro sur les traces du père des impressionnistes

 


 

Pissarro à Eragny. La nature retrouvée. Musée du Luxembourg jusqu'au 9 juin 2017
Réservez votre billet ICI

#ExpoPissarro

 
A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine