Tintoret au Musée du Luxembourg : la presse en parle !

Le musée du Luxembourg expose les oeuvres de jeunesse de l'enfant terrible de Venise : Tintoret. Découvrez ce que la presse en pense !
12 mars 2018
|
Tintoret, La conversion de Saint Paul © National Gallery of Art, Washington



Pour le Figaro (Eric Bietry-Rivierre du 4 mars 2018), l'exposition "rend compte de la diversité des travaux" du peintre et "éclaire la jeunesse du Vénitien". 

Dans le Monde du 9 mars 2018, Philippe Dagen parle d'une "superbe exposition" où Tintoret "déshabille du regard ses semblables pour sentir et faire sentir leur corps et leur caractère". 

Philippe Lançon (Libération, 12 mars 2018) parle du jeune Tintoret comme de la "sensation de Venise" et revient sur la personnalité du peintre : "ambitieux", au "génie précoce" qui veut "s’imposer, s’enrichir, occuper l’espace". 

Anne Chépeau, pour France Info, a interviewé Cécile Maisonneuve, co-commissaire de l'exposition : "L'exposition raconte l'ascension sociale d'un peintre pressé" et "plonge le visiteur dans les débuts de ce peintre qui fut l’un des artistes majeurs de la renaissance vénitienne". 

Dans l'Express, daté du 7 mars, Letizia Dannery évoque "la folle ascension d'un jeune prodige" et le "parcours artistique du Tintoret à la carrière aussi fascinante que précoce". 


Enfin, pongez au coeur de l'exposition en compagnie de Cécile Maisonneuve, grâce au reportage de Télématin, diffusé sur France 2 le 16 mars 2018 :

 




Tintoret. Naissance d'un génie
Au Musée du Luxembourg jusqu'au 1er juillet 2018
Réservez votre billet

A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine