Médée furieuse

Médée furieuse

Musée Eugène Delacroix
- 25 avril 2001 - 30 juillet 2001

Partager

Description

En 1999, le Palais des Beaux-Arts de Lille organisait une exposition autour du tableau Médée furieuse d’Eugène Delacroix (1798-1863), l’un des chefs-d’œuvre de l’artiste, qu’il conserve depuis 1840, et qui fut un succès au Salon de 1838. Delacroix a travaillé presque toute sa vie sur ce sujet, le tableau de Lille (1838) ayant été suivi de deux répliques en 1862 (conservées l’une au Louvre, l’autre dans une collection particulière) et d’une version différente en 1859 (jadis à Berlin, mais disparue ; il en subsiste une photographie). Aujourd’hui le musée national Eugène Delacroix propose d’élargir cette exposition à soixante œuvres, en réunissant pour la première fois dans l’atelier du peintre les trois tableaux, ainsi que la quasi-totalité des esquisses dessinées et peintes, les différentes estampes d’interprétation réalisées du vivant de l’artiste ou après sa mort, et des documents comprenant notamment des lettres de Delacroix et de son entourage. A cette occasion, le Palais des Beaux-Arts de Lille a consenti exceptionnellement à prêter pour une durée de deux mois le tableau qu’il conserve.

Delacroix aborde le mythe de Médée dès 1818-23 dans des carnets de croquis, en même temps qu’il travaille à deux autres compositions (La Grèce sur les ruines de Missolonghi et Saint Sébastien soigné par les Saintes Femmes), et dès 1824 dans son Journal, mais ce n'est qu'en 1836 qu'il commence véritablement la toile. Les nombreux dessins montrent les différentes étapes de la recherche de Delacroix, qui utilise ses outils de prédilection, graphite, plume et pinceau, mais aussi, plus rares, la sanguine et des papiers colorés. Delacroix s'intéresse d'abord à l'apparence générale, adoptant une composition en pyramide qui rappelle les Madone de Raphaël et de Léonard de Vinci, et la Charité d’Andrea del Sarto. Il travaille ensuite sur les différentes parties du corps de Médée, donnant aux bras, tête et jambes un modelé et une torsion qui montrent sa connaissance de Michel-Ange. Il s’attache enfin au visage de Médée, qui traduit à la fois tension dramatique et dimension mythique.

L'évolution du travail de Delacroix doit aussi beaucoup aux diverses sources littéraires et musicales auxquelles il a eu recours. La littérature antique (Euripide, Sénèque) mais aussi les pièces de Pierre Corneille (1635) et d’Ernest Legouvé (1854 ; cette pièce est à l’origine du tableau de 1859, celui qui est perdu), ainsi que l’opéra contemporain (Médée à Corinthe de Simone Mayr en 1823, Norma de Vincenzo Bellini en 1831) influencent l’interprétation que le peintre donne du mythe.

Médée furieuse connaît un succès immédiat au Salon de 1838, tant chez les critiques, qui louent sa force expressive, que chez les lithographes : Menut Alophe réalise deux versions, dont celle de L’Artiste, et Pierre-Joseph Challamel une lithographie inversée qui paraît dans le Charivari. Delacroix obtient que son tableau, qui a été acheté par l’Etat, soit exposé pendant un an au musée du Luxembourg, à Paris, avant d’être envoyé au musée des Beaux-Arts de Lille. En 1855, Médée furieuse est présentée à l’Exposition Universelle. Emile Lassalle commence au même moment sa lithographie. Delacroix suit avec intérêt les recherches de son interprète ; en effet, lui-même travaille à une version différente de Médée furieuse pour l’amateur Bouruet-Aubertot (1859). La lithographie de Lassalle, considérée comme une œuvre d’art à part entière, est un succès au Salon de 1857.

En 1862, Delacroix réalise deux copies de plus petit format du tableau de Lille, commandées par la Société Artésienne des Amis des Arts (collection particulière) et par le banquier Pereire (musée du Louvre). Peu de gravures ont reproduit l’œuvre de Delacroix : on connaît les eaux-fortes de Charles Geoffroy et de Félix-Augustin Milius, réalisées d’après le tableau de Lille ; l’eau-forte de François Feyen-Perrin et la lithographie commandée à Alfred Bahuet pour la Chalcographie du Louvre sont en revanche réalisées d’après la réplique conservée par ce musée. Les diverses versions de Médée furieuse ainsi que les estampes qui les reproduisent ont donc contribué pendant 70 ans à la diffusion de l’œuvre, ainsi qu’au renouvellement de sa réception par la critique.

Médée, fille du roi de Colchide et magicienne, aide Jason et les Argonautes à conquérir la Toison d'Or contre la volonté de son père, avant de s'enfuir avec eux. Par amour pour Jason, elle est amenée à commettre des crimes atroces : son frère, qui les poursuivait, est découpé en morceaux, et le tyran Pélias, qui avait envoyé Jason chercher la Toison d'Or en espérant ainsi s'en débarrasser, est mis à bouillir par ses propres filles. Mais Jason ne récupère pas le trône usurpé par Pélias : il est exilé avec Médée en Corinthe où le roi Créon propose à Jason un mariage avantageux. Médée, répudiée, offre une tunique empoisonnée à sa rivale et se venge de la trahison de Jason en tuant leurs deux enfants. C’est ce dernier épisode que Delacroix a choisi de traiter.