Holbein, le peintre chéri d'Henri VIII - Fun Fact Tudors n°9

Pour vous faire découvrir l'exposition Les Tudors jusqu'au 19 juillet au Musée du Luxembourg, découvrez les "Fun facts Tudors". Les petites histoires dans l'Histoire de cette célèbre dynastie.
5 juin 2015
|
Charlotte Bolland et Cécile Maisonneuve


Fun Fact Tudors n°9 : Holbein, le peintre chéri d'Henri VIII


Le saviez-vous ? Henri VIII, pas vraiment connu pour être un sentimental...adorait le peintre Hans Holbein...

Si Hans Holbein le Jeune n’a produit que peu de portraits de la famille royale, ceux-là ou ceux-ci restent parmi les plus saisissants et les plus familiers des Tudors. En effet, contrairement à la plupart des artistes, il avait ses entrées chez le roi. Une anecdote amusante raconte que Holbein avait poussé un comte anglais dans les escaliers après que celui-ci eut voulu forcer la porte de son atelier. Quand ce comte réclama au roi la permission de se venger, le monarque rétorqua de façon cinglante : « Crois-tu que je tienne si peu à cet homme ? Je te le dis, comte, de sept rustres, s’il me convient, je puis faire sept comtes, mais de sept comtes pas un Holbein, ni un artiste de sa valeur ! »

Henri VIII, d’après Hans Holbein le Jeune, 1540-1550, Petworth House, National Trust

Un dessin surprenant de la Royal Collection représente une femme en robe de chambre (on se souvient que Holbein jouissait d’un accès privilégié à la famille royale). Au milieu du XVIe siècle cette femme fut identifiée comme étant Anne Boleyn.



Les Tudors : du 18 mars au 19 juillet 2015 au Musée du Luxembourg
Réservez votre billet
#Tudors



A lire aussi

Les portraits de Penn comme des miroirs de l’âme...

Vidéo - 2 novembre 2017
Dans les années 1950 et au début des années 1960, le regard d’Irving Penn, son inventivité et ses compétences techniques sont très demandés. Il partage son temps entre la publicité et les photographies de mode ou de célébrités pour Vogue.

Irving Penn à Paris : la mode mais pas que !

Vidéo - 25 octobre 2017
En juillet 1950, alors qu’Irving Penn photographie les collections parisiennes pour Vogue, il commence une série sur les petits métiers, qu’il poursuivra à Londres et à New York. Ce sera la série la plus importante de sa carrière.
Tout le magazine