L’influence de Jean Paul Gaultier dans la mode des années 80

La mode des années 80 n’aurait certainement pas la même physionomie sans l’apport majeur de Jean Paul Gaultier. Ce roi de la transgression a su déjouer avec humour les codes de la bourgeoisie traditionnelle, marquant à jamais toute une génération de créateurs.
10 avril 2015
|
Pauline Weber
Direction artistique et photographie : Jean Paul Gaultier et Francis Menuge Campagne publicitaire pour la collection Une garde-robe pour deux Prêt-à-porter Femme printemps-été 1985 © Jean Paul Gaultier
Reflet d’une époque avide d’indépendance, les années 80 signent véritablement une ère nouvelle avec à sa tête de jeunes créateurs soucieux de changer l’ordre établi. Leur credo ? Proposer des modèles accessibles qui vont à l’encontre de la Haute Couture qu’ils jugent beaucoup trop élitiste. C’est dans cet environnement bouillonnant aux côtés entre autres de Mugler, Jean-Charles de Castelbajac, Issey Miyake, Kenzo ou Claude Montana, que Jean Paul Gaultier va grandir et s’imposer.
 
Transporté par le multiculturalisme et la nuit parisienne, il a insufflé un vent nouveau au prêt-à-porter en clamant que la mode doit cesser de se prendre au sérieux. Décomplexé, il fait sensation lors de son premier défilé au planétarium du palais de la Découverte en alliant sur une même silhouette perfecto en cuir, tutu de danseuse et paire de Converse. Au fil des collections, Jean-Paul Gaultier démontre qu’excentricité et savoir-faire ne sont plus des entités antinomiques.
 
Revendiquant avec fierté ses origines populaires et clamant non sans ironie ses « goûts de concierge », Jean Paul Gaultier est résolument du côté de la diversité et de l’ouverture. Épris de liberté et visionnaire, il mixe les genres, les origines culturelles et les orientations sexuelles. Ses premiers défilés ont des allures de manifeste et ses créations sont l’émanation d’un désir brulant de dépoussiérer le chic parisien dans ce qu’il a de plus ancré. L’insolence, l’impertinence sont ses maîtres mots. Fidèle à sa bonne humeur légendaire, Jean Paul Gaultier s’amuse. Le vêtement est pour lui un fantastique terrain de jeu. Avec sa coiffure en brosse décolorée devenue mythique, Jean Paul Gaultier a donné aux années 80 le sens de la joie, de la fête par un renouveau créatif haut en couleurs.

Pauline Weber
A lire aussi

Seydou Keïta : le sens du détail et de la scénographie

Article - 23 mai 2016
Novateur et fin portraitiste, Seydou Keïta sait anticiper les besoins de ses clients et c’est l’une des raisons de sa grande popularité. Le photographe malien accorde une importance de choix aux accessoires et à la mise en scène de ses modèles.

Amadeo de Souza-Cardoso : un dandy à Paris

Article - 12 mai 2016
Apprenez à connaître un peu mieux "le secret le mieux gardé de l'art moderne". L'artiste portugais Amadeo de Souza-Cordoso est au Grand Palais jusqu'au 18 juillet 2016.
Tout le magazine