Pourquoi "L'homme qui marche" est-il sans tête ?

Découvrez l'histoire de "L’Homme qui marche", oeuvre qui condense en un même mouvement toutes les étapes de la marche et dans laquelle Rodin réussit à saisir l’essence même du mouvement. Tout un programme !
1 juin 2017
|
© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
A la fois naturaliste et abstrait, ce corps en morceaux, sans tête ni bras est conçu comme une oeuvre achevée. Une fois encore, la figure n’est ni allégorique ni littéraire et en marge des normes esthétiques de l’époque, l’idée de Rodin étant d’exprimer le dynamisme par le fragment. Le déroulement progressif du mouvement est créé grâce au décalage entre les axes des différentes parties du corps, mais les deux jambes sont plantées au sol. Un léger basculement du socle suggère que le pied arrière va se soulever pour exécuter un pas. Ce sont les assistants de son atelier qui eurent l’idée du titre définitif, lors de sa présentation en 1900 au Pavillon de l’Alma.

Rodin reprend dans son atelier une étude pour le grand Saint Jean-Baptiste, exposé au Salon de 1880 et décide de la retravailler. Le torse, dérivant du fragment antique du Torse du Belvédère, était un modelage en terre avec des craquelures et des aspérités de surface. Il conserve l’aspect fragmentaire propre aux sculptures archéologiques accidentées. En 1900, il fait faire une épreuve en plâtre et lui assemble deux jambes provenant aussi du Saint Jean-Baptiste. Aucun détail anecdotique ne vient perturber la sensation du déplacement énergique de cette figure colossale qui offre une synthèse de la réflexion rodinienne sur l’image du mouvement. Les jambes au modelé lisse s’opposent aux reliefs du torse. 

Alberto Giacometti se l’appropria et réalisa de nombreuses variations à partir de ce thème, mais en lui donnant une signification plus profonde et dramatique, notamment avec avec L’Homme qui marche III (1960)




Découvrez, grâce à ce reportage de France 3, les coulisses de l'Atelier de moulage de la Rmn-Grand Palais et les secrets de la reproduction de L'Homme qui marche.
Moule en plâtre ou en résine, patine... se rapprocher de l'oeuvre originiale est leur mission ! 
 

L'Atelier de Moulage des musées nationaux




Retrouvez cette oeuvre dans Rodin, l'exposition du centennaire.
Grand Palais, jusqu'au 31 juillet 2017

Réservez votre billet ICI
Mots-clés
A lire aussi

Rodin : tous les Podcasts

- 1 août 2017
Retrouvez tous les podcasts des conférences autour de Rodin, l'exposition du centenaire (22 mars - 31 juillet 2017)

Derniers jours pour l'exposition Rodin

- 25 juillet 2017
Rodin, l'exposition du centenaire, fermera ses portes lundi prochain, le 31 juillet, à 20h00. Il ne vous reste que quelques jours pour aller admirer le génie et la puissance du père de la sculpture moderne au Grand Palais !
Tout le magazine