On rapporte que j'étais d'une rare beauté...

Moi, Auguste, Empereur de Rome, j'étais d'une beauté unique. Je vous assure, ce n'est pas moi qui le dis !
4 juin 2014
|
Auguste, tête voilée, fin du Ier siècle avant J.C., marbre blanc, H 43 cm, L 25 cm, prof. 22 cm.© Soprintendenza per i Beni Archeologici delle Marche
Dans son ouvrage la Vie des douze Césars, Suétone livre une description très précise de mon allure. « Sa beauté traversa les divers degrés de l'âge en se conservant dans tout son éclat, quoiqu'il négligeât les ressources de l'art. Il s'inquiétait si peu du soin de sa chevelure, qu'il occupait à la hâte plusieurs coiffeurs à la fois, et que, tantôt il se faisait couper la barbe, tantôt il la faisait raser, sans qu'il cessât, pendant ce temps, de lire ou d'écrire…Ses dents étaient écartées, petites et inégales, ses cheveux légèrement bouclés et un peu blonds, ses sourcils joints, ses oreilles de moyenne grandeur, son nez aquilin et pointu, son teint entre le brun et le blanc. » Tout au long de ma vie, on m’a surnommé « l’empereur qui ne vieillit pas ».  On me reconnaît sur les pièces de monnaie et dans la statuaire grâce à ma coiffure : ma frange est composée de deux mèches recourbées vers la droite et une recourbée vers la gauche formant une pince très marquée.

Venez m'admirer de plus près jusqu'au 13 juillet au Grand Palais.
A lire aussi

Le sculpteur, maître de la matière

Article - 5 mai 2018
La sculpture en pierre qui a résisté aux aléas du temps est mieux connue que la sculpture en bois, matière périssable, ou en bronze, métal souvent refondu pour d’autres usages.

Z

Article - 23 février 2018
Z comme ziggourat et zodiaque

Y

Article - 22 février 2018
Tout le magazine