Langue

  • العربية
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • Русский
  • Español

Vos oeuvres coups de coeur de l'exposition Paul Gauguin

mer, 17/01/2018 - 11:00 -- debout
L’exposition Gauguin l’alchimiste ferme ses portes dans quelques jours, découvrez les trois œuvres de l’exposition qui vous ont le plus séduites sur les réseaux sociaux !

Votre âme de rêveur a été conquise par L’enfant endormi qui monte sur la plus haute marche du podium ! 
 
En 1884, Paul Gauguin représente son fils Clovis endormi sur une table. Une chope, démesurément agrandie, est posée près de la tête du jeune garçon dont la main est glissée derrière l’anse. Massive, elle impose sa présence écrasante sur la scène devenue onirique. Un autre objet, difficilement identifiable, est posé sur la table : vraisemblablement une poupée emmaillotée qui semble jouer aussi le rôle d’intercesseur et accompagner le jeune garçon dans le domaine du rêve, de l’inconscient…


 

 

Le monde des esprits tahitien vous a intrigué, avec cette deuxième œuvre : Manao Tupapau (L'esprit des morts veille) 
 
À partir de 1892, Gauguin donne une forme plastique à l’esprit des morts maori. Les Tahitiens pensaient que ces tupapau erraient parmi les vivants et que l’on pouvait les rencontrer, notamment la nuit. Le tupapau de Gauguin prend ici l’apparence d’une femme âgée évoquant la figure de l’ancêtre, enveloppée dans une cape. Placée à l’arrière-plan, elle introduit une dimension inquiétante et irréelle dans le monde des vivants… 


Enfin, Tahiti vous a tout simplement fait rêver… avec Mahana no atua (Le jour de Dieu)

Cette oeuvre a été peinte à Paris entre les deux séjours de Gauguin à Tahiti.
En cette période de transition, la toile est à la fois l’aboutissement et la synthèse de l’imagerie polynésienne de son premier voyage et une préfiguration du symbolisme plus personnel de ses dernières années. 


 
Retrouvez ces œuvres dans l’exposition Gauguin l’alchimiste
au Grand Palais jusqu’au lundi 22 janvier 2018
Réservez votre billet ICI
 

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?