Langue

  • العربية
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • Русский
  • Español
A- A+
Regardez, lisez, écoutez

Le site de Khorsabad

mer, 07/12/2016 - 17:13 -- debout
A l'occasion de l'exposition Sites Eternels au Grand Palais, nous vous présentons plusieurs sites archéologiques en danger. Découvrez l'histoire du complexe architectural de Khorsabad.

Le site de Khorsabad se situe dans le Nord de l'Irak, à environ 15 km de Mossoul. C'est là qu'en 713 avant J.-C., le grand roi assyrien Sargon II fonda la nouvelle capitale de Dûr-Sharrukin, la "forteresse de Sargon", actuelle Khorsabad.
Ce projet colossal de 3 km² - plus vaste qu’Athènes, ou Jérusalem- fût construit en à peine dix ans. Avec Nimrud et Ninive, c’était l’une des capitales de l’empire néo-assyrien qui réussit à dominer la plus grande partie du Proche-Orient dans la première moitié du Ier millénaire avant notre ère.

Installé sur une terrasse fortifiée, le palais, construit d’épais murs de briques recouverts de grandes plaques d’albâtre gypseux, dites orthostates, surplombait la ville. Une visite du palais invitait à admirer les conquêtes assyriennes et inspirait la crainte : menaces de massacres et de déportations de populations. La ville était entourée de remparts percés de sept portes encadrées par de colossales statues protectrices : des taureaux ailés à tête humaine. Deux d'entre eux sont aujourd'hui conservés au musée du Louvre. Taillés dans un seul bloc, ils mesurent quatre mètres de haut et un mètre d'épaisseur. Ces génies protecteurs étaient les gardiens de certaines portes de la ville et du palais. Symboles issus de la combinaison entre homme, taureau et oiseau à laquelle les cornes donnent un caractère divin, ils assuraient une protection contre tout ennemi éventuel.
Cette ville nouvelle mais inachevée, fut abandonnée par l’héritier de Sargon II, Sennachérib, à la mort de son père en 705 avant J.C. pour fonder sa propre capitale dans la ville voisine de Ninive. 


Le site de Khorsabad est découvert en 1843 par Paul-Emile Botta (1802-1870), alors vice consul de France à Mossoul. En quelques semaines, ses ouvriers mettent au jour plusieurs salles mais les dalles d'albâtre gypseux se délitent au contact de l'air. Afin de conserver un témoignage des vestiges, Botta obtient de l'Académie des inscriptions et belles-lettres qu'un dessinateur lui soit adjoint. C'est le peintre orientaliste Eugène Flandrin (1809-1876) qui arrive à Mossoul en mai 1844. Il dresse alors le plan topographique des ruines et exécute le relevé complet des reliefs subsistants. Botta se charge quant à lui de l'estampage et de la copie de toutes les inscriptions cunéiformes. Faute de crédits, le chantier s'arrête en octobre 1844. Botta expédie alors les sculptures les plus remarquables en France. Elles seront exposées en 1847 au Louvre, à l'occasion de l'ouverture des salles assyriennes.  

En 1851, des nouvelles fouilles sont confiées à Victor Place (1818-1875), fraîchement nommé consul à Mossoul. L'ingénieur Gabriel Tranchant l'accompagne, et réalise alors les toutes premières photographies de fouilles au Moyen-Orient. Cette campagne de fouille s'arrête en 1855 et c'est l'Oriental Institute of Chicago qui reprend le travail de 1927 à 1934.
Actuellement, des pilleurs construisent des tunnels pour récupérer des reliefs et alimenter ainsi le marché des antiquités, détruisant par là-même toute possibilité de restituer l’histoire du palais.

CHRONOLOGIE
 
725 à 625 av. J.-C. : Domination assyrienne jusqu’à l’Egypte.
612 à 539 av. J.-C. : Domination babylonienne (construction de la Tour de Babel).
721-705 av. J.-C. : Règne du roi assyrien, Sargon II et construction de son palais à Khorsabad (nom actuel de l’ancienne Dur-Sharrukin, ville de Sargon).
1842- 1843 : Découverte de Khorsabad par Paul-Emile Botta, vice-consul de France à Mossoul.
1er mai 1847 : Inauguration du premier musée assyrien au musée du Louvre.
1927 à 1934 : Fouilles archéologiques de l’Oriental Institute de Chicago.  
Février 2015 : Destruction des taureaux ailés du site archéologique de Nimrud, semblables à ceux de Khorsabad exposés au musée du Louvre.




Découvrez en vidéo la reconstitution du site de Khorsabad : 

 




L'oeuvre ci-dessous, provenant des collections du musée du Louvre et numérisée en 3D par l'agence photo de la Rmn-GP, sera exposée à l'expo Sites Eternels à partir du 14 décembre 2016 au Grand Palais. Ce bronze rappelle ici la force du témoignage de l'objet archéologique et l'importance des collections des musées universels dans le partage de ce patrimoine commun.
Il s'agit d'un lion couché rugissant, en bronze, provenant du site de Khorsabad et trouvé fixé au dallage d'une façade du palais. L'animal est couché sur un piédestal ; un anneau épais a été fixé sur son dos. Cette sculpture ne servait cependant pas de poids mais était sans doute fixée au sol à côté d'une porte du palais. Sa reproduction 3D ci-dessous permet d'appréhender l'oeuvre différemment et d'en découvrir les multiples détails en zoomant.

 

Pour en savoir plus, consultez la fiche sur les Taureaux ailés du site Panorama de l'art



Le Ministère de la Culture et la Communication a souhaité placer le numérique au service de la connaissance et de la préservation de ce patrimoine universel pour permettre la poursuite du travail scientifique, en mettant en ligne des parcours numériques accessibles à tous sur les différents sites archéologiques du Proche-Orient. Découvrez le site de Khorsabad

 

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?