Diamonds are a girl's best friend

Actrice mythique, inoubliable Cléopâtre dans le film de Joseph L. Mankiewicz, Liz Taylor fut aussi une collectionneuse de bijoux d'exception.
3 février 2014
|
Sylvie Blin, historienne de l'art et journaliste
Avec ses yeux couleur d'améthyste, Elizabeth Taylor ne pouvait rester indifférente aux plus beaux joyaux Cartier. La star hollywoodienne en fut le porte-drapeau le plus glamour des années 60 et 70, arborant diamants, perles et rubis d'exception. Publiée en 2002, son autobiographie aura d'ailleurs un titre des plus éloquents : « My Love Affair with Jewelry » (Mon histoire d'amour avec les bijoux)...
Elizabeth Taylor (1958) © Photofest

Mike Todd, son troisième époux, ouvre le bal avec un somptueux collier Cartier, offert en 1957: or et platine, diamants taille brillant et baguette, rubis de forme coussin et ovale forment l'élégante parure, qui pouvait aussi se porter en diadème. Mais le plus dispendieux de ses époux reste sans conteste Richard Burton, lui-même grand amateur de pierres précieuses et de pièces historiques. L'un des plus fabuleux diamants qu'il ait offerts à sa célèbre épouse porte d'ailleurs leurs deux noms : le Burton-Taylor, qui avait été acquis par Cartier pour plus d'un million de dollars, orne alors le cou de la belle en 1969. Cette même année, le flamboyant acteur britannique achète une perle d'exception, la Peregrina, découverte en 1579. Liz Taylor la confie alors à Cartier pour un collier inspiré d'un bijou porté par Marie Tudor sur un portrait officiel : on croyait alors, à tort, que la souveraine arborait cette même perle, qui lui aurait été offerte par le le roi Philippe II d'Espagne comme cadeau de fiançailles. Quoi qu'il en soit, Liz Taylor suivit de près la conception dudit collier, annotant de sa main le dessin proposé par les ateliers Cartier.

Trois ans plus tard, c'est le Taj-Mahal que lui offre son époux : ce pendentif en forme de cœur renferme un diamant gravé d'inscriptions mogholes, offert par l'empereur indien Shah Jahan à son épouse favorite en 1627. Cette pierre historique fut remontée par Cartier sur une chaîne en or et rubis, dans le style du bijou indien d'origine. Las, ces fabuleux bijoux n'empêcheront pourtant pas le couple de se séparer une première fois en 1974, puis définitivement en 1976, laissant la belle Liz avec ses diamants.
A lire aussi

Quand Cartier nous fait voyager en Inde...

Article - 31 mai 2017
Profitez des derniers jours de l'exposition pour découvrir l'influence indienne sur les créations de la Maison Cartier du début du XXe siècle. Bon voyage !
Tout le magazine