Élisabeth Louise Vigée Le Brun académicienne

Membre de l’Académie de Saint-Luc, corporation des maîtres peintres et sculpteurs, à partir de 1774, l’artiste devient quatre ans plus tard le peintre officiel de la reine Marie Antoinette, sa protectrice.
28 octobre 2015
|
Élisabeth Louise Vigée Le Brun (1766-1842 France) La Paix ramenant l’Abondance 1780 Huile sur toile 102 x 132,5 cm Paris, Musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Philippe Fuzeau
Afin d’élargir le champ de son activité artistique, elle exécute de rares scènes de genre et quelques tableaux à sujets mythologiques et allégoriques appartenant à la peinture d’histoire.

En 1783, grâce à l’intervention de la souveraine, Mademoiselle Vigée, épouse Le Brun, est reçue à l’Académie royale de peinture et de sculpture avec pour morceau de réception un tableau à sujet allégorique, La Paix ramenant l’Abondance. Le directeur de l’institution, Jean Baptiste Marie Pierre, s’était fortement opposé à la candidature de la nouvelle venue.

Selon les règles en vigueur, la profession commerçante de son époux n’aurait pas dû lui permettre de prendre place parmi l’assemblée, une femme n’ayant pas de statut social autre que celui de son époux. En obtenant cet honneur, la portraitiste accédait à la consécration.

A lire aussi

Élisabeth Louise Vigée Le Brun et l'exil

Article - 7 décembre 2015
Dépendant professionnellement et socialement de la clientèle de la famille royale, de la cour et de l’aristocratie, Vigée Le Brun fut l’objet de virulentes attaques diffamatoires dans des pamphlets.
Tout le magazine