Les autres

Tenant fièrement sous le bras son œuvre phallique La Fillette, l’artiste Louise Bourgeois et son sourire espiègle posent pour Mapplethorpe en 1982. Iggy Pop, Grace Jones, Andy Warhol, Keith Haring, William Burroughs, Truman Capote… c’est le tout New York de l’époque qui défile devant l’objectif du photographe. Une photo de classe du studio 54. Un trombinoscope de la Factory.
2 mai 2014
|
Virginie Huet, journaliste
Robert Mapplethorpe, Louise Bourgeois, 1982,Solomon R. Guggenheim Museum, New York, © Robert Mapplethorpe Foundation

Chaque fois, quelque chose est dit, révélé, dans un regard, un geste, une affection dans la pose. A croire que Mapplethorpe savait « prendre le meilleur des autres »*. Toujours sous contrôle, ses célèbres modèles, qu’il comptait pour la plupart parmi ses amis intimes, s’abandonnent un peu, jamais trop. On retient les nombreux portraits de la culturiste Lisa Lyon (plus de 180), dont la silhouette lui évoquait les modèles féminins de Michel Ange, et ceux de sa muse et éternelle complice Patti Smith (plus de 124), égérie punk et poétesse rock qu’il rencontre en 1967, l’année de ses vingt ans. « J’étais obsédé par elle, pour elle. Elle était vraiment la personne. »

Au sujet du portrait, Mapplethorpe déclare : « J’aime beaucoup photographier les têtes des gens. Je les conçois comme mes torses. Je les considère comme de vraies sculptures ». Contrairement à ses autoportraits, dans lesquels il n’hésite pas à se mettre en scène, à la manière de Cindy Sherman ou de Francesca Woodman, jusqu’à céder à l’esthétique camp, ses portraits s’inscrivent dans la pure tradition américaine du genre : c’est toute la rigueur formelle, la majesté du noir et blanc d’Irving Penn ou de Richard Avedon que l’on retrouve chez Mapplethorpe. « Intimes ou plastiques. Ni ridicules ni laids »*, ce sont ces modèles devenus icônes qui le mèneront sur le Walk of Fame.

* « Dans la vie noire et blanche de Robert Mapplethorpe » de Judith Benhamou-Huet, éditions Grasset, 2014

Découvrez le webdocu : Mapplethorpe, une vie à New York
A lire aussi

Quand les écrivains parlent des artistes

Article - 27 avril 2020
Ecoutez trois écrivains Zoé Valdés, Maryline Desbiolles et Edmund White vous parler de Gauguin, de Rodin et de Mapplethorpe ; leurs mots sont un chemin unique vers les œuvres.
Tout le magazine