Paul Gauguin

5 juillet 2012
|
Paul Gauguin (1848-1903) Autoportrait au Christ jaune, 1890-1891 Huile sur toile. H. : 38 ; L. : 46 cm Paris, musée d’Orsay © RMN (Musée d’Orsay) / René-Gabriel Ojéda

>EN SAVOIR PLUS SUR PAUL GAUGUIN


L'ESSENTIEL : 

Gauguin et le cloisonnisme

Paul Gauguin (1848-1903) est un peintre post-impressionniste.
Il crée l’école de Pont-Aven puis quitte l’Europe pour peindre à Tahiti.

Gauguin et les impressionnistes

Gauguin a grandi au Pérou. En France, il se lance dans la finance. Il découvre l’art assez tard, à vingt-six ans. Il abandonne son métier pour devenir peintre. Il se forme tout seul, aux côtés des impressionnistes. Il expose avec eux de 1879 à 1886. Il peint des paysages avec Camille Pissarro.

L’école de Pont-Aven

L’été 1888, Gauguin abandonne l’impressionnisme. Il part vivre à Pont-Aven avec un petit groupe de peintres. Ils aiment cette Bretagne, encore traditionnelle qui leur semble hors du temps moderne. Il peint des paysages mais aussi des bretonnes en costume traditionnel, comme La Belle Angèle. Sous l’influence d’Émile Bernard, il modifie sa peinture. Il adopte le cloisonnisme. Il s’agit de poser de grands aplats colorés sur la toile et de les entourer d’un cerne noir, comme dans les vitraux du Moyen Âge. Les formes sont simplifiées, il y a très de peu de perspective (tout est plat !) et les couleurs ne sont pas celles de la réalité. Il s’inspire beaucoup des estampes japonaises. Il disait à ses amis de Pont-Aven : « Un conseil, ne copiez pas trop d’après nature, l’art est une abstraction, tirez-la de la nature en rêvant devant ».

Les influences de Gauguin

Les vitraux de l'époque médiévale et l'art des estampes japonaises.
1. Un vitrail de la Sainte-Chapelle, 4e quart du XVe siècle Paris, musée national du Moyen Âge - Thermes de Cluny ©RMN / Franck Raux    2.Une estampe nishike-e de Katsushika Hokusai (1760-1849) Série des Cent poèmes de cent poètes expliqués par la nourrice, 1835 Paris, musée Guimet - musée national des Arts asiatiques ©RMN (musée Guimet, Paris) / Harry Bréjat


Gauguin en Polynésie

Gauguin veut quitter l’occident qu’il juge « pourri par la civilisation industrielle ». Il vend ses tableaux pour trouver l’argent pour ce grand voyage. Il part pour la Polynésie. Il vivra longtemps à Tahiti puis dans les îles Marquises. Il recherche une vie primitive aux côtés des indigènes. Ses nombreux tableaux ont des couleurs vives et intenses. Il décrit les femmes tahitiennes dans leur quotidien ou les légendes et les contes des îles. Sa peinture reste synthétique, il va de plus en plus vers des formes simples. Arearea est une scène imaginaire où la réalité et l’imaginaire se mélangent.

La sculpture de Gauguin

Gauguin est aussi un sculpteur. Il modèle l'argile et taille le bois. Il réalise Soyez mystérieuses avant de partir pour la Polynésie. Déjà il en rêve : on devine le corps d’une femme du Pacifique. Il simplifie tout pour retrouver le caractère de l’art primitif de ces civilisations. Il s’inspire des objets du monde entier qui sont présentés à l’Exposition universelle mais aussi de ses souvenirs du Pérou. Il travaille le bois brut et le peint ensuite.



Mots-clés
A lire aussi

Expo Pompéi : le dossier pédagogique

- 13 février 2020
L’éruption du Vésuve qui a enseveli la ville de Pompéi sous un amas de cendres en l’an 79 de notre ère a eu pour effet de la préserver pendant les 17 siècles suivants. Redécouverte fortuitement en 1741, puis fouillée jusqu’à aujourd’hui, Pompéi constitue le plus extraordinaire témoignage de la vie quotidienne à l’époque romaine.

Expo Noir & Blanc : le dossier pédagogique

- 13 février 2020
Dans la suite des grandes expositions photographiques organisées dans la Galerie Sud-Est, Noir & Blanc présentera près de 300 tirages emblématiques des impressionnantes collections de la Bibliothèque nationale de France – Département des Estampes et de la Photographie (BnF).
Tout le magazine